Royaume-Uni : rendre le tabagisme obsolète


 

domaine internet uk

Ce n’est un secret pour personne, le Royaume-Uni est largement plus avancé que le reste du monde en matière de réduction des risques dus au tabac fumé. En 2019, le gouvernement anglais s’est fixé pour objectif de réduire la prévalence tabagique à un maximum de 5% de la population d’ici à 2030. Le but étant de prolonger l’espérance de vie en bonne santé de 5 ans et de rendre le tabagisme obsolète. à horizon 2035. Ceci entre également dans le cadre du plan décennal de lutte contre le cancer. Pour cela, un plan ambitieux a été mis en place avec un certain nombre de mesures phares afin d’atteindre ce but. Cependant, il s’avère qu’en l’état actuel des choses, cet objectif sera difficile, voire impossible, à atteindre dans les délais impartis. Traduction de l’article ici.


Dans un papier, consultable sur le site du gouvernement anglais, le Dr Javed Khan OBE propose une étude qu’il a réalisée et qui semble démontrer que le plan « making smoking obsolete » manquera d’au moins 7 ans son objectif. Pour cela, le Dr Javed Khan OBE s’appuie sur la tendance de la prévalence depuis 2011 et projetée à 2050. Le Dr Javed Khan OBE a été missionné pour déterminer si le gouvernement UK réalisera son ambition de faire de l’Angleterre un pays sans tabac d’ici 2030.

UK - Tabagisme obsolète - Figure 1

Comme on le voit sur cette courbe, passer en-dessous des 5% de prévalence tabagique n’arrivera pas avant 2037 au rythme actuel de décroissance.

Pour atteindre l’objectif fixé, le Dr Javed Khan OBE s’appuie sur 4 recommandations phares :

Augmenter les investissements<

Javed Khan OBE propose une hausse des investissements à hauteur de 125 millions de livres sterling supplémentaires par an. Ceci permettra de financer un soutien de qualité et aisément accessible aux fumeurs. Ce budget inclut 70 millions de livres supplémentaires par an dans les SSS (Stop Smoking Services).

Stopper l’initiation

Dans le but d’empêcher les jeunes de se mettre au tabac fumé, Javed Khan OBE propose d’augmenter l’âge minimal d’accès au tabac de un an, tous les ans. Aujourd’hui, il est de 18 ans. En 2023, par exemple, cet âge passerait à 19 ans, 20 ans en 2024 et ainsi de suite. Mais aussi :

  • Augmenter les coûts des droits du tabac de plus de 30% et notamment sur les droits de douane des produits les moins chers. Ceci afin d’égaliser la fiscalité de tous les produits du tabac au niveau de la cigarette.
  • Interdire les produits du tabac dans les points d’entrée hors taxes.
  • Introduire une licence tabac afin de limiter les points de vente, comme en France. Avec cela, interdire la vente en supermarchés et en ligne.
  • Renforcer la lutte contre les ventes illicites localement avec renforcement des droits de fermeture pour les détaillants contrevenants. Cela va également pour les bars à chicha.
  • Réduire l’attrait du tabac du point de vue marketing à tous les niveaux.
  • Multiplier les lieux sans tabac.

Promouvoir la vape

Nous y sommes. Et c’est là que les anglais, pragmatiques comme ils sont, devancent tous les pays du monde. Le Dr Javed Khan OBE précise que la vape n’est pas une solution miracle et totalement dépourvu de risques, mais que l’alternative est infiniment pire. C’est pourquoi le gouvernement UK doit tenir compte du vapotage comme outil efficace dans le sevrage tabagique.

Javed Khan OBE recommande de proposer le vapotage comme alternative à la cigarette avec des informations précises et honnêtes sur les avantages du changement. Cela doit être également bien compris par les professionnels de santé. Le gouvernement pourrait ainsi renforcer la prescription de vapes et fournir des dispositifs gratuits « swap to stop » aux populations défavorisées.

Le gouvernement devrait investir davantage dans les SSS et mettre en place une offre de soutien au niveau national. Javed Khan OBE propose d’investir 15 millions de livres dans une campagne médiatique visant à orienter les fumeurs et démonter les mythes autour du vapotage.

Améliorer la prévention au NHS

Le NHS, ou National Health Service est un peu l’équivalent de la Sécurité Sociale française. Javed Khan OBE recommande que le NHS en fasse plus sur la prévention et qu’elle s’inscrive dans son ADN. Ainsi, il serait souhaitable d’offrir soutien et conseils aux fumeurs, et ce, à chaque interaction avec un professionnel de santé. Avec les 2,4 milliards de livres par an que coûtent le tabagisme, le NHS doit tenir ses engagements sur le plan à long terme.

Investir 15 millions de livres dans la prévention pour les femmes enceintes.

S’attaquer à la question du tabagisme et de la santé mentale.

Investir 8 millions de livres dans les organisation régionales et locales en faveur de la réduction des risques

Investir 2 millions de livres par an dans la recherche.

Conclusion

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces recommandations sont, pour le moins, très fermes dans la lutte contre le tabagisme. Certains pourraient dire : un peu trop sur certains points. Mais un plan aussi ambitieux avec une échéance aussi courte nécessite des mesures d’exceptions. Dans le domaine qui nous concerne, on ne peut que saluer la volonté des autorités anglaises sur la promotion de la vape auprès des fumeurs. De plus, le Dr Javed Khan OBE rappelle que ce sont les populations les plus défavorisées qui souffrent le plus du fléau du tabagisme. C’est pourquoi le gouvernement anglais devrait y porter une attention toute particulière.

Le Dr Javed Khan OBE insiste sur le fait que si les mesures gouvernementales ne sont pas renforcées, cela engendrera plus de 500 000 décès d’ici à 2030. Outre l’impact émotionnel, il faut aussi prendre en compte le coût pour la société qui s’élèverait à plusieurs milliards de livres.

On peut tout autant remarquer que la courbe de prévalence tabagique montre une prévalence aux alentour de 12% actuellement. Rappelons qu’en France, la prévalence est désespérément située autour de 25%. Ce qui signifie qu’au Royaume-Uni, il y a environ deux fois moins de fumeurs que dans l’hexagone. La France n’est pas seule responsable de cet état de fait. N’oublions pas que les « autorités » de l’Union Européenne ne sont pas très enclines à la promotion du vapotage. La préparation de la future TPD V3 n’augure rien de bon en ce sens, même si nous n’avons toujours pas le détail de ce qui se prépare dans cette nouvelle directive.

Nous avons un exemple plutôt parlant, tout près de chez nous, de l’autre côté de la Manche. Qu’attendons-nous pour changer notre vision de la prévention et la réduction des risques ?

Source : Making smoking obsolete: summary