Nouveau rapport Cochrane 2021 : Ecig vs autres traitements


 

Logo Cochrane

L’institut Cochrane vient de rendre son dernier rapport pour 2021 concernant la mesure de l’efficacité de la vape par rapport aux traitements de substitution nicotinique médicaux. D’autre part, cette analyse se propose de vérifier les possibles effets indésirables du vapotage sur les candidats à la défume. L’institut Cochrane est une organisation britannique, à but non-lucratif, regroupant des chercheurs, des professionnels de la santé, des patients, des soignants et des personnes passionnées par l’amélioration des résultats de santé. Traduction de l’article ici.

 

 

Préambule

Pour cette analyse, l’Institut Cochrane a effectué une revue systématique. Une revue systématique permet d’agréger toutes les données et les résultats de recherche sur une question particulière de façon standardisée et systématique. Cela permet d’avoir un aperçu objectif et transparent de toutes les preuves sur le sujet donné.

Objectif

Examiner l’efficacité de la vape nicotinée ainsi que la tolérance et la sécurité à son utilisation dans le but d’arrêter de fumer et ce, sur le long terme. Cette efficacité est comparée à d’autres moyens de sevrage tabagique.

Sélection

Les études incluses dans cette analyse regroupaient :

  • Des essais randomisés contrôlés et des essais croisés randomisés dans lesquels les fumeurs étaient répartis au hasard dans le groupe « vape » ou le groupe témoin.
  • Des études d’intervention non contrôlées dans lesquelles les participants ont reçue une cigarette électronique en substitution.

Pour être éligibles, les études devaient mesurer l’état d’abstinence après 6 mois ou plus et/ou les marqueurs de « tolérance » après une semaine ou plus.

61 études ont été incluses dans l’analyse avec un total de 16759 participants. Ces études comparaient la vape avec :

  • Les TSN comme les patchs ou les gommes à mâcher
  • La Varénicline
  • Des e-cigarettes sans nicotine
  • Un soutien comportemental ou accompagnement psychologique
  • Aucune aide pour arrêter de fumer

Résultats

Le taux d’abandon est plus élevé chez les personnes randomisées avec CE nicotinée qu’avec les TSN (3 sur 100 en plus). Les auteurs de l’étude précisent cependant que le résultat est limité par une certaine imprécision. Pour les évènements indésirables, cela reste rare, mais encore une fois, il subsiste des imprécisions dans les études.

De même, le taux d’abandon est plus élevé pour les fumeurs utilisant de la vape nicotinée plutôt que sans nicotine (7 sur 100 en plus). Les évènements indésirables se situent au même niveau pour les deux méthodes. Là encore, les auteurs pointent une grande imprécision sur les études analysées.

En ce qui concerne les thérapies comportementales ou à l’absence de soutien, les taux d’abandons sont aussi plus élevés de 6 fumeurs sur 100. Evidemment, sur ce point, on note un peu plus d’effets indésirables avec les vapoteurs.

Il convient de préciser de quoi on parle en termes d’effets indésirables. Les plus fréquemment signalés sont :

  • Irritation de la gorge ou de la bouche
  • Maux de tête
  • Toux
  • Nausées

Ces effets ont tendance à se dissiper avec l’usage de la vape.

Conclusion

Les résultats de cette revue systématique semblent montrer que le vapotage offre un meilleur taux d’abstinence tabagique à 6 mois qu’avec les autres moyens de traitement. Cela dit, les auteurs précisent, à chaque chapitre, qu’il subsiste des imprécisions dans les études retenues pour cette analyse. Ils reecommandent donc de poursuivre les études afin d’affiner les résultats proposés.

A propos des effets indésirables

Sur le sujet des effets indésirables, il convient également de préciser quelques points que les auteurs de l’analyse ne mettent pas en avant. Des effets indésirables, il peut y en avoir, certes.

Tous et irritations de la gorge

Concernant la toux et les irritations bouche et gorge, il ne faut pas oublier que les primo-vapoteurs ont été fumeurs. Les dégâts provoqués par le tabac fumé ne disparaissent pas du jour au lendemain ; surtout concernant la gorge et les toux qui vont avec. Le temps que les lésions cicatrisent, le vapoteur peut ressentir une gêne, parfois forte et des toux prononcées. Ces symptômes tendent à disparaître, comme le dit l’analyse, après un certain temps de vapotage exclusif. Les e-liquides en sels de nicotine sont là pour permettre un bon dosage de nicotine en diminuant fortement le hit en gorge. C’est là que le conseil est indispensable pour réduire au maximum ces désagréments. D’autre part, certaines personnes (mais c’est rare) sont allergiques au propylène glycol. Des solutions existent pour substituer le propylène dans les e-liquides.

Nausées et céphalées

Pour ce qui est des maux de tête et des nausées, ce sont des symptômes fréquemment constatés en cas de surdosage de nicotine. Là encore, les conseils sont importants pour adapter le dosage de nicotine selon les habitudes du fumeur.

Source : https://www.cochrane.org/CD010216/TOBACCO_can-electronic-cigarettes-help-people-stop-smoking-and-do-they-have-any-unwanted-effects-when-used